Capture_d_ecran_2011-06-23_a_09.57.24.png.amour ? .paris ? .mutuelle ?... Dès 2012 de nouvelles extensions vont ainsi apparaitre comme l’Icann l'a décidé la semaine dernière lors de sa 41ème session à Singapour.

Au départ très critiqué par le gouvernement américain, ce projet tout juste voté par l’Icann prévoit la libéralisation de l’extension du nombre de noms de domaines génériques ou gTLD (pour generic Top Level Domains).

Les noms de domaines génériques sont actuellement au nombre de 22 avec quelques 250 extensions correspondant chacune à un pays.

Ainsi, en plus des désormais familiers .com, .org, .tel... vous pourrez donc bientôt rencontrer des extensions aux noms d'entreprises (.apple, .bonampak...), de localités (.paris, .milano...) ou même des extensions telles que .naming, .car, .love, .movie... On en attend ainsi plusieurs centaines dès l’année prochaine.

Alors fini le casse-tête pour trouver une url disponible pour son entreprise ou un nouveau produit ? C'est ce que semble en tout cas penser Peter Dengate Thrush, membre du comité de direction de l’Icann : « ... nous avons fourni une plate-forme pour la prochaine génération de la créativité et de l'inspiration. »

Certains espaces de création semblent donc bientôt s'ouvrir dès lors où de nouvelles formes d'adresses sont possibles, ce qui amènera certainement très prochainement les entreprises à envisager leurs urls sous un nouvel angle. Néanmoins, notons qu'acquérir sa propre extension coûte 185 000 dollars (130 000 euros) et relève d’une certaine complexité administrative ce qui devrait permettre d'éviter tout trafic ou tout au moins les embouteillages !