Le blog de Bonampak

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 19 septembre 2011

C'est vert!

c'est vert

Janvier 2010, le co-président de l'Alliance écologiste indépendante (AEI), Jean-Marc Governatori saisit la justice contre Daniel Cohn-Bendit et les Verts, et leur conteste l'emploi du terme « Europe Ecologie » affirmant que la marque lui appartient depuis 2004 et qu'il souhaite l'utiliser aux régionales. En effet Mr Governatori a fait déposer en 2004, la marque « Europe Ecologie » à son nom. L'utilisation du terme « Europe Ecologie » offre une visibilité forte sur les scènes médiatiques et politiques de par les récents succès électoraux des deux partis écologistes impliqués.

Toutefois, l'emploi d'Europe-Ecologie remonte à 1979, a été réutilisé ensuite en 1989 par les Verts, notamment pour désigner la liste d'Antoine Waechter aux élections européennes.

Vendredi dernier, la cour d'appel de Paris* a confirmé le caractère frauduleux du dépôt de la marque «Europe-Ecologie» à l'INPI, en 2004, par le dirigeant de l' Alliance Ecologiste Indépendante.

EELV va donc pouvoir continuer à se présenter sous le nom d'Europe Ecologie et préserver son identité. __ (*) Paris, 16 sept. 2011, Jean-Marc Governatori et a. c/ Europe Écologie-Les Verts (EELV).

lien : http://www.calameo.com/read/00056872859ac36942b90

jeudi 23 juin 2011

Une extension à votre nom de marque ? C'est pour bientôt !

Capture_d_ecran_2011-06-23_a_09.57.24.png.amour ? .paris ? .mutuelle ?... Dès 2012 de nouvelles extensions vont ainsi apparaitre comme l’Icann l'a décidé la semaine dernière lors de sa 41ème session à Singapour.

Au départ très critiqué par le gouvernement américain, ce projet tout juste voté par l’Icann prévoit la libéralisation de l’extension du nombre de noms de domaines génériques ou gTLD (pour generic Top Level Domains).

Les noms de domaines génériques sont actuellement au nombre de 22 avec quelques 250 extensions correspondant chacune à un pays.

Ainsi, en plus des désormais familiers .com, .org, .tel... vous pourrez donc bientôt rencontrer des extensions aux noms d'entreprises (.apple, .bonampak...), de localités (.paris, .milano...) ou même des extensions telles que .naming, .car, .love, .movie... On en attend ainsi plusieurs centaines dès l’année prochaine.

Alors fini le casse-tête pour trouver une url disponible pour son entreprise ou un nouveau produit ? C'est ce que semble en tout cas penser Peter Dengate Thrush, membre du comité de direction de l’Icann : « ... nous avons fourni une plate-forme pour la prochaine génération de la créativité et de l'inspiration. »

Certains espaces de création semblent donc bientôt s'ouvrir dès lors où de nouvelles formes d'adresses sont possibles, ce qui amènera certainement très prochainement les entreprises à envisager leurs urls sous un nouvel angle. Néanmoins, notons qu'acquérir sa propre extension coûte 185 000 dollars (130 000 euros) et relève d’une certaine complexité administrative ce qui devrait permettre d'éviter tout trafic ou tout au moins les embouteillages !

mercredi 15 décembre 2010

Contenus "adultes" sur le net : la création du .XXX reportée !

Lors de la 39e réunion de l'organisation, l'Icann, organisme privé en Californie qui réglemente les noms de domaine de l'internet pour le monde entier, a reporté à une date ultérieure la création d'un nom de domaine spécifique pour les contenus pornographiques ".xxx".

Très attendue par son propriétaire, la société ICM Registry qui en réclame la création depuis 2004, argue que l'industrie pornographique devrait pouvoir avoir sa propre extension en .XXX ! Argument ? "Un domaine exclusif pour les divertissements pour adultes a des avantages parce que cela permet un plus grand contrôle sur le contenu", a-t-il affirmé dans une interview à l'AFP.

Et cela mérite sans doute réflexion quand on apprend selon les chiffres de l'ONG espagnole, Internet Engagement social et Responsable, que la pornographie sur internet génèrerait pas loin de 3.000 dollars (2.266 euros) par seconde dans le monde, et que le terme "sexe" serait à lui seul responsable d'un quart des recherches sur la toile !

Les raisons de ce report restent obscures, toutefois les porte-paroles de l'Icann ont cru bon de préciser que ce retard dans la création du nom de domaine n'était pas lié à des pressions de groupes religieux et conservateurs américains pour qui l'extension .XXX tendrait à banaliser la pornographie.

A suivre...

mercredi 8 décembre 2010

Un métro nommé Apple... ?

Ce serait en tout cas le désir de la firme à la pomme qui entendrait bien cueillir l’opportunité offerte depuis peu par la ville de Chicago.

En effet, afin de réduire ses nombreuses dettes, l’autorité du transport de Chicago vient d’autoriser la mise en vente de ses noms de station. Négociée entre 4 et 5 millions de dollars, la firme serait en bonne voie pour l’achat de la station « North/Clybourn » située juste en face d’un Apple Store… Probablement rebaptisée « Red Line/Apple », la société de Steve Jobs possède sans contexte un sérieux train d’avance puisqu’elle avait déjà participé financièrement à la rénovation complète de la station en octobre 2009 en échange de l’exclusivité sur les panneaux publicitaires.

Une affaire qui semble donc sur de bons rails !

lundi 29 novembre 2010

Gare à vos faces!

Nouvel épisode dans la volonté du géant de faire place nette autour de son nom, Facebook devrait pouvoir déposer la marque FACE, l'Uspto (bureau américain des brevets et des marques) ayant donné un accord dans ce sens. Le site communautaire le plus célèbre au monde se voit ainsi conforté dans sa quête d’exclusivité du mot FACE, la propriété d'une telle marque empêchant tout autre réseau social ou forum de l’utiliser.

Autre front ouvert par Facebook, celui de l'appropriation du terme BOOK. Les entreprises Stupidbook, parodie française de Facebook et Teachbook, site communautaire US de professeurs, sont dans la ligne de mire. Invoquant un préjudice au caractère distinctif et à la réputation de la marque, Facebook entend bien les amener à changer de nom, à l'instar de Placebook site consacré aux voyages devenu aujourd'hui Triptrace.

mardi 28 septembre 2010

Odyssée change de style

Initialement créée en 1996 pour concurrencer Planète, Odyssée, la chaîne du pôle découverte du groupe TF1 avec Histoire et Ushuaïa TV, se pare dès le 2 octobre prochain d’un nouveau nom et d’un nouveau logo.

Un relookage amorcé depuis la rentrée 2008, date à laquelle la chaîne avait déjà changé sa ligne éditoriale pour devenir une chaîne consacrée à l’art de vivre et à l’élégance. Une mue désormais complète avec Stylia.

mardi 7 septembre 2010

Un K qui dérange...

C’est vêtu d’un de ses tee-shirts pour lequel il est jugé que s’est présenté devant la 14ème chambre correctionnelle du tribunal de grande instance de Bobigny, le 17 juin 2010, M. Stéphane Da Silva, créateur de la marque BAK 93. Poursuivi pour « outrage à une personne dépositaire de l'autorité publique » et « provocation non-suivie d'effet au crime ou délit », le jugement a été mis en délibéré au 16 septembre. Retour sur une griffe qui fait montrer les crocs à la police depuis presque 10 ans…

Originaire de la Cité des 4000, c’est en 2000 que ce commercial alors au chômage lance sa marque de street-wear BAK 93 pour "Brigade Anti K…". Anti K… ? Comme « anti-keufs, mais aussi anti-krack, anti-krapuleux...» explique le créateur de la marque. « Son principal objectif est d'interpeller la société sur un des maux qui la rongent (...) Certains verront en effet, dans BAK 93, les initiales de Brigade Anti Keufs, d'autres l'interprêteront comme Brigade Anti Koke, ou Brigade Anti Kailloux » soutient ce dernier. Car si les marques contraires à l’ordre publique et aux bonnes mœurs sont formellement interdites par la loi en vertu de l’article L 713-3 b du Code de la Propriété Industrielle, M. Da Silva a pris soin de déposer sa marque à l’INPI en 2001 sous l’intitulé BAK 93 BRIGADE ANTI K… se prémunissant ainsi de toutes attaques juridiques. Mais ironie du sort, ce dernier est interpellé en 2002 par la police alors qu’il porte un tee-shirt au slogan explicite : BAK 93 pour "brigade anti-keufs". A son domicile la police saisi le stock, dont l'ancienne collection "Nike la police" qu’il assure avoir créée en réaction à la marque de sport. Une procédure est alors lancée mais celle-ci aboutie à un classement sans suite pour vice de procédure et à la saisie de tee-shirts portant la mention "brigade anti-keufs".

Adoucissant son discours, le slogan disparaît au profit de "brigade anti-koke", puis la marque se dote d’un K supplémentaire, pour "brigade anti-keufs korrompus". L’affaire aurait pu en rester là, sauf que le 12 octobre 2006, Stéphane Da Silva est arrêté lors d'un contrôle de véhicule à Drancy. Et son tee-shirt BAK, floqué de têtes de mort et d'armes en croix, ne fait pas du tout rire la police... A bord de la voiture, d’autres vêtements de la marque sont trouvés, parmi les slogans: "brigade anti-keufs korrompus" ou encore "brigade anti-kärcher". « Ces vêtements sont un miroir de la société dans laquelle je vis. J'ai peut-être fait preuve de maladresse au début, c'est vrai. Puis j'ai rajouté un K à BAK pour faire Brigade Anti Keufs Korrompus. Pour montrer que je suis pas contre tous les policiers. Seulement ceux qui violent leur code de déontologie », affirmera plus tard à la barre M. Da Silva. « Les vêtements créés portent d'autres mentions : Anti Koke, Anti Kons, Anti Kalibre ». Le discours ne suffit cependant pas à convaincre le procureur qui requerra 3 mois de prison avec sursis.

Mais quelque soit l’issue du procès, M. Da Silva l’affirme dores et déjà : il ne changera pas le nom de sa marque !